LaTeX : Document de base

Introduction

28/04/2006

Le premier document que nous allons écrire nous servira de document de référence.

Document de référence

Vous apprendrez vite que les commandes LaTeX sont introduites par un backslash \, et les commentaires sont introduits par le signe pourcentage %. Si vous vous demandez déjà comment faire pour faire comprendre le terme % au compilateur LaTeX : c'est simple, en tapant \ devant (donc \%, mais on y reviendra). Voici donc un exemple de document LaTeX, simple, incompilable, caricatural, bref pour comprendre comment ça marche.

\documentclass[options]{classe} %indique la classe du document, et les options

%le préambule
\usepackage[options]{package1}
\usepackage[options]{package2}
\usepackage[options]{package3}
\usepackage[options]{package4}
\usepackage[options]{package5}

%document principal
\begin{document}
Voici le document de référence
\end{document}

Déclaration de classe

\documentclass{} est la commande indiquant quelle classe de document et les options appropriées vous voulez utiliser. Ces classes sont des fichiers avec l'extension cls (exemple : article.cls). Par classe, il faut comprendre un ensemble d'actions de mise en page programmé qui facilite grandement la tâche. Par défaut, on trouvera les classes suivantes :

Exemples de classes LaTeX
Classe Description
article permet d'écrire des articles, rapport court... classe de référence pour débuter et se faire la main sur un petit article.
book plus complet, permet d'écrire des bouquins, des thèses...
report plus complet que la classe article, pour faire des rapports plus conséquents
letter pour écrire des lettres...
slides pour faire des transparents, présentation aux rétroprojecteurs etc.

Les options de classes concernent la manière dont le compilateur doit appréhender cette classe. Par exemple, c'est à cet endroit que vous devez spécifier au compilateur que vous désirez une police de 11pt, un document recto-verso ou que sais-je encore. Voici quelques exemples d'options de classes usuelles :

Exemples d'options
Options Description
10pt, 11pt, 12pt, etc. Vous pouvez spécifier la taille de votre police.
a4paper, a5paper, etc. Vous pouvez spécifier des tailles de format a priori différentes
twocolumn Pour créer un document sur deux colonnes
draft Pour une ébauche de document

Préambule

Déclaration des packages

Le préambule est un ensemble de briques que vous pouvez rajouter en cas de besoin. Ces briques sont les packages de LaTeX, dont l'utilisation se base sur la syntaxe \usepackage[options]{nom_du_package}. Exemples de packages :

Exemples de packages
Packages Options Description
babel french, german, etc. pour spécifier la langue dans laquelle est écrit le document.
fancyhdr pour gérer les en-têtes et pieds de pages
hyperref afin de créer des liens actifs (cliquables) dans les documents pdf

J'exposerais dans une autre page la liste des packages essentiels et l'allure d'un préambule de base.

Création des commandes

Le préambule est aussi l'endroit où vous pourrez définir vos propres commandes. Pourquoi créer ses propres commandes ? Imaginer que votre texte contienne 40 fois une notation ou la même action, par exemple la mise en exposant : \newcommand{\up}[1]{\textsuperscript{#1}} A l'emploi, cette notation sera simple : E=mc\up{2}, au lieu de E=mc\textsupersciprt{2}, car plus courte. Pour les notations, il est simple aussi de taper \cad{}, que l'on aura définit comme : \newcommand{\cad}{c'est-à-dire} Bref, partout où cela peut vous faciliter la vie, à la lecture, à la rapidité de frappe, à l'uniformisation des notations (surtout scientifiques), il ne faut pas hésiter à s'en servir.

La syntaxe à utiliser pour ces commandes est : \newcommand{\nom_de_la_commande}[le nombre de paramètre]{les actions de la commande}
\renewcommand{\nom_de_la_commande}[le nombre de paramètre]{les actions de la commande}
Rq 1 : Les paramètres sont appelés par # (voir la commande \up ci-dessus).
Rq 2 : Si la commande existe déjà, il faut utiliser \renewcommand

Création des environnements

Pour des besoins plus spécifiques, vous pouvez définir vos propres environnements. Un environnement est introduit par \begin{environnement} et se termine par \end{environnement} (document est donc un environnement !). Sur une démarche similaire à celle évoquée au-desus, vous pouvez avoir des blocs récurrents. Un exemple pour comprendre :

\newcommand{\exercice}{\textbf{Exercice :}\quad}

Cet environnement est très simple, et s'utilise en tapant :

\exercice Soient A=1 et B=2, que vaut A+B ?

Non seulement vous vous donnez la liberté de modifier cet environnement une seule fois seulement dans le préambule (d'où un gain de temps), mais en plus, votre document gagne en lisibilité.

\begin{document}...\end{document}

C'est le corps du document. Je le développerai sur d'autres pages dans cette rubrique.

Exemple de document compilable

\documentclass[12pt,a4paper]{article} %classe article

%le préambule
%pour taper son texte directement avec des lettres accentuées,
%     donc é plutôt que \'e par exemple
% que la césure s'effectue correctement
% que lors de la création d'un pdf, le codage permette de
%     copier-coller du texte d'un pdf vers le bloc note
%     parfaitement.
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[latin1]{inputenc}
%ces deux packages sont essentiels au traitement d'un document en français...

%pour adapter l'environnement au français (chapitre à la place de chapter etc.) \usepackage[french]{babel}

%document principal
\begin{document}
\section{Une 1\up{re} section}
Bla bla.
\section{Une 2\up{e} section}
Bli bli.
\end{document}

Fichiers téléchargeables : document_base au format tex, dvi, ps, pdf,

En définitive, vous pouvez constater que LaTeX est bien plus simple que l'image que l'on s'en fait.

Contact

- Copyright © 2001 - 2017 // Stéphane Lefèvre / Licence Art Libre -

Logo XHTML 1.0 valid - Logo CSS 2.0 valid - Logo accessibilité